Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 13:00





La petite feuille du grand arbre!
Si la feuille était douée de conscience, ne serait-elle pas , en automne, sous l'emprise du sentiment de sa mort prochaine? Assurément, si sa conscience ne contenait rien d'autre que la feuille, la feuille en soi. Alors elle sentirait qu'elle jaunit, qu'elle commence à sécher, qu'elle va bientôt tomber, jouet du vent, victime de puissances destructrices. Supposons maintenant que la feuille puisse avoir conscience que ce qui vit en elle n'est pas seulement la feuille mais en même temps l'arbre: elle saurait alors que sa vie et sa mort annuelles sont un mode d'être de l'arbre, elle serait consciente que la vie de l'arbre est en elle, que la Vie inclut non seulement sa petite vie mais sa petite mort. Et instantanément, l'attitude de la feuille face à la vie et face à la mort serait transformée; l'angoisse disparaîtrait et tout prendrait un autre sens .

Les angoisses de l'humanité correspondent à celles de la feuille qui s'arrête à sa conscience de feuille, c'est-à-dire qui est prisonnière de la petite réalité immédiate , des sens , de la raison et qui est incapable de sortir de ses frontières.

K.G.Dürckheim


Partager cet article
Repost0

commentaires