Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 18:59

 

397083800_small.jpg



"La mélancolie se lève chaque matin une minute avant moi . Elle est comme quelqu'un qui me fait de l'ombre , debout entre le jour et moi . Je dois pour m'éveiller la repousser sans ménagement . La mélancolie aime la mort , d'amour profond. cela fait des années que je lutte avec ces profondeurs , que je m'efforce de limiter leur influence , sans  y parvenir toujours . Seule la légèreté de la vie peut chasser l'insondable mélancolie . La légèreté m'est toujours venue du côté de l'amour . Pas du sentiment : de l'amour . J'ai mis longtemps avant de voir ce qui séparait l'amour du sentiment : presque rien , un abîme . le sentiment est du côté de la mélancolie . Il y tombe à coup sûr , tôt ou tard . Le sentiment et la mélancolie naissent d'une préférence de soi pour soi , d'une complaisance - exaltée ou effondrée- de soi pour soi . Le sentiment comme la mélancolie sont insondables , pleins de recoins et de remous . La mélancolie est la variété sombre du sentimental. Le sentiment comme la mélancolie adhère , attache , fusionne. L'amour coupe , tranche détache , vole . Par le sentiment je suis englué dans moi-même . Par l'amour j'en suis détaché , arraché ."

Christian Bobin , " Mozart et la pluie"

Partager cet article
Repost0
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 18:43
                                                                   jeanne-V.jpg
"Le bien n'est pas un modèle accompli , mais une puissance en devenir . De tout temps , ses étapes progressives furent marquées par la venue des précurseurs qui , se détachant de la foule , s'avancèrent seuls au devant des lueurs nouvelles . L'hmanité fit alors un nouveau pas en avant.

De même , le bien dans le coeur de l'homme , ne peut suivre qu'une marche lente et presque imperceptible ; notre esprit a beau concevoir l'idéal , notre volonté le poursuivre , pour le vivre nous devons attendre que notre âme éprouvée ait acquis une force , une grandeur , une pureté capables de le réaliser en elle . Dès que nous voulons précipiter son évolution , en acceptant une vérité toute faite , en pratiquant une vertu qui nous dépasse , nous nous corrompons infailliblement .

Ce que nous oublions trop souvent , sutout dans nos rapports avec nos frères , c'est de tenir compte du degré de leur développement et de la patience que nous devons au progrès du bien . Demandons à chacun d'être vrai dans la phase qu'il traverse , mais n'exigeons rien de plus "


                       Jeanne de Vietinghoff               
Partager cet article
Repost0
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 00:38





         Quand la neige fond , où va le blanc ?


Partager cet article
Repost0
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 21:10
                                                                             capucine.jpg

                         Jeanne de Vietinghoff 

...C'est d'abord une rencontre avec un livre , prêté par une amie très chère , Claire ; un livre "précieux" qui avait souffert , et que lui avait offert son père . Je le lui rendis après l'avoir photocopié , car d'habitude je recopie à la main quelques extraits ... et là , impossible , je voulais recopier le livre en entier ...


 Avant de vous en livrer quelques extraits qui m'ont particulièrement touchée , je vous présente Jeanne  ( extrait du site indiqué plus bas):






Jeanne Bricou (future Baronne de Vietinghoff) s'est liée d'amitié avec Fernande Cartier de Marchienne (future Mme de Crayencour) lors de leurs années au couvent bruxellois. Elles ont fait serment de s'occuper des enfants de l'autre si quelque chose de grave devait arriver à l'une d'elles. Toutes deux se marient et sont enceintes en même temps. Jeanne vit à Paris, Fernande est toujours en Belgique.

Jeanne de Vietinghoff (à droite) et Fernande de Crayencour (à gauche)

L'amie meurt toutefois en couches et Jeanne assume une sorte de parrainage auprès de l'orpheline de mère qu'est Marguerite de Crayencour, cela dans la mesure où la distance le permet. 
Ces circonstances et le rayonnement exceptionnel de Jeanne font d'elle une idole pour Marguerite, une "mère de rêve". Elle l'imite, se met elle aussi à écrire et deviendra célèbre sous le nom de Marguerite Yourcenar.


Ceci est une simple présentation... Il faut lire ce qu'en écrit Marguerite de Yourcenar , en particulier lorsque sa "deuxième mère " meurt , ce que celà provoque en elle :  http://www.vietinghoff.org/fr/leben/eltern/mutter3.html


Et voici des extraits de :


" L'Intelligence du Bien" , de Jeanne de Vietinghoff:

"La présence du bien reposant dans la nature est le bonheur primitif ; le développement du  bien est la rupture avec la nature , donc la souffrance ; le fruit du bien est un retour à la nature , à une nature cent fois agrandie , c'est l'harmonie .

Cette harmonie se forme à notre insu par le devenir du bien qui germait en nous , en sorte que nous nous trouvons un jour posséder naturellement ce que nous avions essayé de produire artificiellement par notre obéïance aux lois extérieurs . Aussi est-ce vers ce seul devenir que va désormais se tourner notre attention ; nos efforts seront consacrés à retrouver en nous la vie enfantine , à  la débarraser de tous ses gestes dénaturés et à lui donner l'espace nécessaire , à sa croissance et à son développement . Car ici nous avons le devoir de sacrifier et le droit d'enfreindre tout ce qui met obstacle à l'éclosion de la vie nouvelle , fût-ce l'aspiration la plus légitime ou la loi la plus pure . L'ordre intime est impétueux , et c'est de notre obéissance à cet ordre que dépendra notre vie éternelle ."         
                           (suite à venir)
Partager cet article
Repost0
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 15:01
Mon amie Thérèse vit à Dieu-le-Fit ( j'adore ce village et son nom) , dans la Drôme , avec son ami Alain-Noël , peintre . Un peintre des couleurs qui enchante le coeur... 



undefined

195-005.0-.JPG


Voici le site de Drouot où l'on peut voir d'autres peintures d'Alain-Noël...

http://www.drouot-cotation.org/accueil/index.php?Mode=2&id=6384

Partager cet article
Repost0
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 00:30

Pour ma petite soeur qui se bat .



On danse , Cécile ?
Partager cet article
Repost0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 23:08
                                                                                          
hauteville-007.jpg

                        Et voici , l'Eternel passa.

Et devant l'éternel , il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers : 
l'Eternel n'était pas dans le vent . 
Et après le vent , ce fut un tremblement de terre : l'Eternel n'était pas dans le tremblement de terre.
Et après le tremblement de terre , un feu : 
l'Eternel n'était pas dans le feu.
Et après le feu , un murmure doux et léger.

                            Le livre des rois (I)


Ce passage est  écrit plusieurs fois dans le film " Le Grand  Silence" .
Ce passage m'a complètement retournée .
Comme le film , d'ailleurs.
Partager cet article
Repost0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 22:34


arnaud.jpg

" Nous sommes tous appelés à donner ,
à soumettre( to surrender) notre ego ( ahamkara) 
au Soi , au " Je Suis Celui Qui Suis".
Il ne faut pas seulement désirer cette rédition ou croire qu'on la désire . Il faut en être capable.
Et pour celà , il n'est qu'une méthode : "practise" , "pratiquez". Le Maharshi parle d'ailleurs de degrés de surrender. Tant que cette soumission n'aura pas lieu , le Soi universel restera l' "ennemi" du soi individuel , car leurs "volontés" sont contradictoires , et l'homme demeurera dans la souffrance. 
Les versets 5 et 6 du chapitre VI de la Gîta sont explicites à ce sujet mais montrent que le soi et le Soi peuvent être réconciliés et devenir "amis" . Le petit soi ne doit pas être détruit mais soumis"

Dans "Ashrams" , d'Arnaud Desjardins
 

Dans la continuité de l'article sur Jung d'hier...

Partager cet article
Repost0
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 22:14

                                                                

Cet été j'ai entamé   : "Ma  vie  , souvenirs , rêves et pensées" , de C.G.Jung , une merveilleuse autobiographie pleine de lucidité , de sincérité , et d'humanité.

                        Voici quelques phrases à propos du Mandala :

"Le Mandala exprime le Soi , la totalité de la personnalité qui , si tout va bien , est harmonieuse, mais qui ne tolère pas que l'on s'abuse soi-même.
Mes dessins de mandalas étaient des cryptogrammes sur l'état de mon soi , qui m'étaient livré journellement. Je voyais comment mon Soi , c'est-à-dire la totalité de moi-même , était à l'oeuvre . Il est vrai qu'au début je ne pouvais comprendre cela qu'intuitivement ; cependant les dessins me semblaient  alors déjà posséder la plus haute signification et je les gardais comme des perles rares . J'avais le clair pressentiment de quelque chose de central et , avec le temps , j'acquérais une représentation vivante du Soi . 
Il m'apparaissait comme la monade que je suis et qui est mon monde . Le mandala représente cette monade et correspond à la nature microcosmique de l'âme . 
Je ne sais combien de Mandalas j'ai dessinés à cette époque . En tout cas , beaucoup . Tandis que j'y travaillais , revenait inlassablement cette question : 
" où mène le processus dans lequel je me trouve ? Dans quel but ? " Je savais par ma propre expérience que je n'étais pas de moi-même en état de choisir un but qui m'aurait semblé digne de confiance . J'avais fait l'expérience vivante que je devais totalement abandonner l'idée de la souveraineté du moi . (...) 
Durant les années 1918 à environ 1920 , je compris que le but du développement psychique est le Soi "
                                             
                  Chapitre " Confrontation avec l'inconcient " , p 226


Partager cet article
Repost0
6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 16:08



J'ai découvert l'âme des âmes
qu'on vienne piller cette âme
je me suis détaché des pertes comme du gain
qu'on vienne piller mon bien.


Je me suis détaché de moi-même
j'ai déchiré le voile de mes yeux
et je suis parvenu au sein de l'Ami
qu'on vienne piller mes doutes.

Mon moi s'est détaché de moi-même
l'Ami a pris possession de tous mes biens
tout m'est ami , celui qui donne comme celui qui reçoit
qu'on vienne piller mes vers .

Je me suis désintéressé de tout
et j'ai volé vers l'Ami
je suis tombé devant la cour de l'amour
qu'on vienne piller mon oeuvre.

Las de la dualité
j'ai goûté au festin de l'Unité
j'ai bu le vin de souffrances
qu'on vienne piller mes remèdes.

C'est parce que mon être s'est mis en route
que l'Ami est venu vers nous
le coeur dévasté s'est illuminé
qu'on vienne piller mon univers

J'ai renoncé à tout désir
je suis las de l'été de l'hiver
j'ai rencontré le maître des jardins
qu'on vienne piller le mien

Comme tu dis bien Yunus
tu as mangé sucre et miel
j'ai trouvé le miel des miels
qu'on vienne piller ma ruche.


Yunus Emre

Partager cet article
Repost0