Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 22:13

 

"Şefkat" : compassion, affection, tendresse.

 

 

 

Berceuse

Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 21:55

 


Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 18:50

 

La distinction entre un « état » / hâl

et une «station » / maqâm

 

 

La-grace.jpg

 


La « station » (maqâm) désigne le fait de « se tenir » dans la voie de Dieu, en accomplissant les obligations relatives à cette « station » et en la conservant jusqu’à ce que l’on comprenne sa perfection autant qu’il est possible à un homme. On n’est pas autorisé à quitter cette « station » sans se conformer aux obligations qui en découlent. Ainsi, la première « station » est le repentir (tawba), puis vient la conversion (inâba), puis le renoncement (zuhd), puis la confiance en Dieu (tawakkul), et ainsi de suite : il n’est pas permis de prétendre à la conversion sans repentir, ou au renoncement sans conversion, ou à la confiance en Dieu sans renoncement.

L’«état» (hâl), par ailleurs, descend de Dieu dans le cœur d’un homme, sans qu’il soit capable de le repousser quand il lui advient, ou de l’attirer quand il s’en va, par son propre effort. Tandis que le terme «station» indique la voie du chercheur et ses progrès dans le domaine de l’effort, et son rang devant Dieu en proportion de ses mérites, le terme « état » désigne la faveur et la grâce que Dieu octroie au cœur de Son serviteur, et qui ne dépend d’aucune ascèse. La «station» appartient à la catégorie des actes, l’«état» à la catégorie des dons. Ainsi, l’homme qui a une «station» l’obtient par sa propre ascèse, tandis que l’homme qui a un « état » est mort à lui-même et il vit dans cet «état» que Dieu crée en lui."

 

Sur le site de la confrérie Alawiyya

 


Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 19:00

 

bouddha crown

 

 

La Sâdhanâ est une suite de longs et difficiles efforts, inutilement nécessaires.

Les efforts sont inutiles quand on n'en a plus besoin.

*

Les deux conditions:


- Les efforts. Mais les efforts seuls, appartenant au temps et à l'espace, ne peuvent nous libérer du temps et de l'espace. Il faut donc une intervention directe  de Cela qui est hors du temps et de l'espace. C'est cette intervention que l'on appelle:

-la Grâce. Mais la particularité de la Grâce, c'est justement la gratuité, alors que les efforts sont fondés sur l'intêret, sur la notion de mérite.

Il faut donc, par l'effort, par la Sâdhanâ, abolir l'effort.

*

L'homme ne sait que dire Non.

C'est Dieu qui dit OUI dans l'homme,

et par ce OUI, le fait devenir Lui.

 

Yvan Amar

Les nourritures spirituelles


Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 10:25


"Je n'écris que dans ce seul dessein : accroître - par le chant et l'amour."


Chritian Bobin

 

          


       Mahawash
  Ecoute le Ney
       The musik of the silk Road 
        (Afghanistan)




Fais de ta plainte un chant d’amour pour ne plus
savoir que tu souffres.


Proverbe Touareg



Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 21:56

 

 

 

 

 

 

 

 

l
l
l
l
l
Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 21:53

Le vrai Silence est
Dans l'écoute.
Nos oreilles sont disponibles
Lorsque notre bouche est vide


Daniel MORIN

 Éclats de Silence
Sur le blog de Dominique

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:01

 

 

La reception de la révélation du Coran 

 

Al-Hârith Ibn Hichâm (Dieu en soit satisfait) demanda au Messager de Dieu : « Messager de Dieu ! Comment reçois-tu la révélation ? — Je la reçois, dit le Messager de Dieu, quelquefois comme le tintement d'une cloche, et c'est le plus pénible pour moi ; quand elle prend fin j'ai déjà tout saisi. Quelquefois l'Ange m'apparaît sous la forme d'un homme qui me parle, et je saisis ce qu'il dit. »
`Â'icha (Dieu en soit satisfait) dit : « J'ai vu le Messager de Dieu recevoir la révélation le jour de grand froid, et quand elle prenait fin, la sueur inondait son front ! »

 

(hadîth 2 d'al-Bukhârî)

 

l.jpg

 

 

Comme nous l'indiquent les hâdîth suivants, la révélation commença sous forme de songes prémonitoires, qui s'avéraient exacts. Solitaire, il se recueillait pendant plusieurs jours consécutifs dans la grotte de Hirâ' et un jour lui apparut l'archange Gabriel (cf. les trois premiers versets révélés dans « L'Accrochement », Al`Alaq, xcvi:1–3). Il prit peur et rentra chez lui auprès de Khadîja, sa première femme, lui demandant de le couvrir d'une cape (cf. les versets révélés juste après dans « Il s'est couvert d'une cape », Al-Muddaththir, lxxiv:1–5, où Muhammad (S.A.V) reçoit l'ordre de transmettre la parole divine). Au début, lorsque le Coran lui était révélé, il remuait les lèvres en s'empressant de tout retenir ; or c'est à Dieu qu'il revient de le lui inculquer en entier de le lui faire réciter, si bien qu'après lxxv:16–19, il le laissait se rassembler dans son cœur d'où il le lisait. C'est l'archange Gabriel qui énonçait et qui lui donnait l'interprétation :  

Muhammad (S.A.V) prêtait alors l'oreille puis, une fois parti, récitait le Coran présent dans son cœur.

 


 

Sur le Site Web de Julien Elie

 

 

 

 

quran.jpg

 


Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 13:38

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 22:28

 

408b28a3.jpg

                                                                               
Il n'y a rien dans l'attente que la vie seule, nue et pauvre. Elle ignore la défaite comme le triomphe, l'amertume comme la puissance. Elle ne sait que la grâce d'un silence sur la terre tendre, sous le ciel calme.
 Elle nous apprend que l'amour est impossible et que, devant l'impossible, on ne peut réussir ni échouer, seulement maintenir un désir assez pur pour n'être défait par rien.

Christian Bobin
Lettres d'or


Partager cet article
Repost0