Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 16:41

 

 

.

 


Partager cet article
Repost0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 23:48

 

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 14:33

 

 

.

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 16:33

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 22:06

 

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 23:46

 

 

 

.

Merci Karima

 

On raconte à Béchar (ville du désert, au Sud Est de l'Algérie) qu'une nuit, un homme qui avait fumé beaucoup de haschich a commis l'erreur d'écouter une cassette d'Alla. On l'a retrouvé au matin sur la place du marché scandant la musique alors que son magnéto tournait à vide depuis plusieurs heures. On raconte aussi que, dans un bus qui se rendait de Béchar à Timimoun (au Sud, en plein cœur du Sahara), le chauffeur a enclenché une cassette d'Alla en partant. Lorsque le bus est arrivé à destination il s'est immobilisé, mais aucun signe de vie n'en sortait. Des badauds se sont approchés avec précaution, ont ouvert les portes et ont découvert tous les passagers en transe, refusant de descendre et implorant qu'on leur remette la musique.




On raconte encore qu'à Béchar, il arrivait qu'un homme frappe à la porte des maisons au milieu de la nuit. Il entrait, s'installait sans dire un mot, restait là, parfois trois jours, avant de repartir, toujours aussi silencieux et mystérieux. Et c'était un honneur pour qui l'avait reçu car il s'agissait d'Alla, un des plus grands joueurs de oud de tous les temps. Benjamin d'une famille de 12 enfants, Alla est né le 15 juin 1946. Sa mère était originaire de Tafilalet (ville du sud du Maroc) et son père venait de Taghit, une oasis perdue à 95 kilomètres de Béchar. A 15 ans, le jeune Alla est obligé de quitter l'école et de gagner sa vie. Il bourlinguera de petits boulots en petits boulots (apprenti électricien, boulanger, barman... il a même ouvert un magasin d'ameublement en 1986 !). Mais, parallèlement, Alla est habité par la musique. A 16 ans, il fabrique son propre oud à l'aide d'un bidon, de câble et de bouts de bois. En dépit de ses moyens de fortune, il se crée un style s'inspirant aussi bien de l'Orient que de l'Afrique.




En 1972, il achète son premier vrai oud et commence très vite à se produire en public. Aucun de ses concerts ne ressemble à un autre. Tout est basé sur l'inspiration, la douleur ou la joie du moment. La musique d'Alla est faite avant tout de liberté et d'espace. Sous ses doigts, le luth prend des sonorités de kora, de guitare flamenca ou de gumbri. Au fil du temps, Alla a crée le "Foundou", un genre au nom curieux venu du tréfonds de ses souvenirs d'enfance. Son père travaillait dans une mine de fer appelée "Fond 2" et, par distorsion, un soir d'inspiration forcenée, il a ainsi nommé cette musique sans nom qui semblait sortir comme par magie de son oud et de son âme. Aujourd'hui, Alla vit à Paris et ne veut recevoir personne (pas même ses compatriotes de Béchar récemment arrivés en France ni même le directeur de sa maison de disque). Enfermé dans son monde, il paraît qu'il compose. Et demeure fidèle à lui-même : libre et imprévisible.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 21:37

 

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 14:33

 

 

 

 

 

 

Il serait temps que l'homme s'aime
Depuis qu'il sème son malheur
Il serait temps que l'homme s'aime
Il serait temps, il serait l'heure
Il serait temps que l'homme meure
Avec un matin dans le cœur
Il serait temps que l'homme pleure
Le diamant des jours meilleurs

Assez ! Assez !
Crient les gorilles, les cétacés
Arrêtez votre humanerie
Assez ! Assez !
Crient le désert et les glaciers,
Crient les épines hérissées,
Déclouez votre Jésus Christ
Assez !
Suffit.

Il serait temps que l'homme règne
Sur le grand vitrail de son front
Depuis les siècles noirs qu'il saigne
Dans les barbelés de ses fronts
Il serait temps que l'homme arrive
Sans l'ombre avec lui de la peur
Et dans sa bouche la salive
De son appétit de terreur

Assez ! Assez !
Crie le ruisseau dans la prairie,
Crie le granit, crie le cabri
Assez ! Assez !
Crie la petite fille en flammes
Dans son dimanche de napalm
Eteignez moi, je vous en prie
Assez !
Suffit.

Que l'homme s'aime, c'est peu dire
Mais c'est là mon pauvre labeur
Je le dis à vos poêles à frire
Moi le petit soldat de beurre
Que l'homme s'aime c'est ne dire
Qu'une parole rebattue
Et sur ma dérisoire lyre
Voyez, déjà, elle s'est tue...

Mais voici que dans le silence
S'élève encore l'immense cri
Délivrez vous de vos démences
Crie l'éléphant, crie le cri-cri,
Crient le sel, le cristal, le riz,
Crient les forêts, le colibri,
Les clématites et les pensées,
Le chien jeté dans le fossé,
La colombe cadenassée...
Entendez le ce cri immense,
Ce cri, ce rejet, cette transe
Expatriez votre souffrance
Crient les sépulcres et les nids
Assez ! Assez !
Fini.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 13:00

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 20:57

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0