Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 20:05



 " Les hommes possèdent la force physique ,   les femmes le pouvoir sexuel. Que veulent les hommes ? Du sexe.Quand une femme prend conscience de cela , elle se découvre un grand pouvoir. La pulsion sexuelle n'est pas un problème en soi , mais peut le devenir dans un contexte de quête d'éveil car , quel que soit le degré auquel l'ego se sur-identifie à tel aspect de nous-même , par exemple à notre identité sexuelle , la personalité en est toujours déformée [...].
Donc pour qu'une femme puisse dépasser l'ego dans un contexte d'éveil , elle doit cesser de s'identifier au pouvoir sexuel . Je ne veux pas dire qu'elles doive abandonner sa sexualité , mais , pour trouver un moyen radicalement différent d'être elle-même , son ego doit abandonner son attachement à cet aspect particulier en tant que source de pouvoir. Et c'est demander beaucoup. Les hommes n'ont pas à payer un prix aussi élevé . Pour une femme "normale" , dont la relation à la vie est encore basée sur l'ego , c'est renoncer à quasiment tout ce qu'elle possède ! C'est comme enlever sa seule arme à un soldat ! Mais si elle est déterminée à franchir un pas décisif vers une libération plus profonde , riche d'une nouvelle potentialité dans l'évolution de la culture , ces structures de défense archaïques doivent être transcendées [...] . La plupart des femmes ont le sentiment , consciemment ou non , d'avoir besoin d'un homme pour être entières ou comblées. Et souvent , elles rivalisent entre elles , avec des armes qui , de toute évidence , étaient liées jadis à la survie. Mais quand une femme découvre un nouveau type ( non égotique) d'intimité et de confiance avec d'autres femmes , une plénitude profonde hors de la dimension sexuelle de la vie avec toute la complexité qui en découle , elle peut commencer à envisager à quoi cela ressemblerait d'être vraiment une femme libérée , liée au Soi authentique."

Andrew Cohen


Partager cet article
Repost0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 11:27


Voici un  article dans le "Nouvelles clés "de ce trimestre , qui m'a interpellée , comme s'il "visait juste" . C'est Andrew Cohen qui s'exprime , et le titre de l'article est " L'ego féminin est plus blindé que l'égo masculin" . Sans que cela mène vers de trop grands débats , si vous pouviez m'offrir votre éclairage sur ce sujet...j'apprécierais...Merci.
 Sylvie





"Quand je me suis penché sur la relation à plusieurs dans un contexte d'éveil  - au-delà de l'égo et du narcissisme - j'ai vite réalisé que les hommes et les femmes réagissaient de manières très différentes à ce défi. Les hommes trouvaient assez facile d'au moins goûter à ce potentiel. Alors que chez mes élèves femmes , j'ai constaté un "non" viscéral , lorsque je leur proposais de se rencontrer de cette manière non ordinaire , dans un contexte sans égo. Et j'ai compris que ce n'était pas personnel : elles étaient toutes concernées [...]. Comme si , lorsqu'il s'agit d'évoluer au-delà de l'égo , les femmes devaient affronter des mécanismes de défense spécifiques , intégrés à la structure du moi et engendrés , à l'origine , par une nécessité biologique de survie. Du coup , toute la notion d' "éveil" ou de "vacuité du moi" exige des femmes , me semble-t-il , d'abandonner bien plus que les hommes. Certes , eux aussi sont terrifiés à l'idée de transcender leur orgueil , leur narcissisme , etc. Mais ils ne disent pas : " Si j'abandonne mon ego , je vais mourir , physiquement." Alors que les fondements de la structure de l'ego féminin leur donnent ce sentiment." (suite à venir)

Andrew Cohen

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 21:04






Ne vous préoccupez pas de ce que veulent les hommes, faites ce que demande Dieu, qui doit être votre seul maître. Là est la liberté.


Lou Andréa Salomé


    Merci Bruno

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 12:00

Le maître a cinq modalités d'action : l'enseignement , le conseil , le rayonnement , l'exemple  , le choc.


Karlfried graf Dürckheim : "Le maïtre intérieur"



  
  


                               

ENDO Seishiro
Shihan 8è Dan,
Professeur à l’Aïkikaï de Tokyo


Partager cet article
Repost0
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 17:38





Quel est l'acte qui importe le plus dans le zen ?

La posture . C'est la posture de méditation qui est vraiment la plus importante. Le zazen.

Pourtant , il est dit que le zen n'a rien à voir avec la position couchée , assise , ou debout?
Oui , l'esprit zen transcende toutes les catégories . Mais on dit aussi que le zen , c'est zazen , que la posture elle-même est satori , éveil.

Pouvez-vous expliquer cela?
Nous sommes sans cesse en train de courir , de penser , d'errer à la recherche de quelque chose . Se mettre dans la posture , faire zazen , permet d'arrêter le mouvement , de stopper le processus de fuite en avant , ce processus qui fait que l'on se retrouve à l'heure de sa mort en ayant gâché sa vie dans l'illusion de la vivre.

Le zen , c'est donc l'arrêt du geste?
Avant tout il faut arrêter les habitudes , stopper le déroulement du karma , cet enchaînement de causes et des effets dans notre vie quotidienne , le laisser filer loin de nous comme des nuages filent au-dessus de la montagne sans jamais l'emprisonner. Une partie du malheur de l'humanité vient du fait que les gens ne savent pas se libérer de l'emprise de leur karma , de l'attachement à leur histoire personnelle.

Taisen Deshimaru



Article paru dans le numéro spécial 20ème anniversaire de "Nouvelles clés " , ce mois -ci.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 22:27







 "L'aïkido peut être considéré comme la concrétisation du concept de légitime défense : une réaction proportionnée et immédiate à une agression. En fait, dans l'esprit de l'aïkido, il n'y a pas de combat, puisque celui-ci se termine au moment même où il commence." (Wikipédia)





Partager cet article
Repost0
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 11:40





"Mon petit déjeuner est à côté de moi : un verre de petit-lait , deux tranches de pain bis avec tomates et concombre. J'ai renoncé au gobelet de cacao dont je me régale toujours en douce le dimanche matin et je veux me faire à ce petit déjeuner plus monacal , qui me conviendra mieux.
C'est ainsi que je traque ma sensualité jusqu'en ses recoins les mieux cachés , les moins apparents , et que je l'extirpe . Cela vaut mieux.
Nous devons apprendre à nous affranchir - et de plus en plus - des besoins physiques autres que les plus fondamentaux. Nous devons éduquer notre corps à ne rien nous réclamer qui ne soit le strict nécessaire , surtout en fait de nourriture , car les temps vont devenir extrêmement durs à cet égard , semble-t-il. Non , ils ne vont pas le devenir , ils le sont déjà. Et pourtant je trouve que nous nous en tirons encore étonnament bien.
Mais mieux vaut se former soi-même volontairement à l'abstinence en temps de relative abondance , que de la faire contraint et forcé en temps de disette. Ce qu'on a obtenu librement de soi-même est plus solidement fondé et durable  que ce qui s'est développé sous la contrainte (...) Nous devons nous affranchir suffisamment des choses matérielles et extérieures pour permettre  à l'esprit de poursuivre sa voie et de faire son oeuvre en toutes circonstances : fini le chocolat , place au petit-lait ! Mais oui !"


Etty Hillesum
Une vie bouleversée


Partager cet article
Repost0
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 11:30







La vie est difficile mais ce n'est pas grave . Il faut commencer par "prendre au sérieux son propre sérieux" , le reste vient de soi-même . Travailler à soi-même , ce n'est pas faire preuve d'individualisme morbide.

 Si la paix s'installe un jour , elle ne pourra être authentique que si chaque individu fait d'abord la paix en soi-même , extirpe  tout sentiment de haine pour quelque race ou quelque peuple que ce soit , ou bien domine cette haine et la change en autre chose  , peut-être même à la longue en amour - ou est-ce trop demander ? C'est pourtant la seule solution .

Je pourrais continuer ainsi des pages entières . Ce petit morceau d'éternité qu'on porte en soi , on peut l'épuiser en un mot aussi bien qu'en dix gros traité .

Je suis une femme heureuse et je chante les louanges de cette vie , oui vous m'avez bien lu , en l'an de grâce 1942 , la énième année de guerre.



Etty Hillesum
Une vie bouleversée

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 11:17





On ne peut rien nous faire , vraiment rien . On peut nous rendre la vie assez dure , nous dépouiller de certains biens matériels , nous enlever une certaine liberté de mouvement toute extérieure , mais c'est nous même que nous dépouillons de nos meilleures forces par une attitude psychologique désastreuse . En nous sentant persécutés , humiliés , opprimés. En éprouvant de la haine . En crânant pour cacher notre peur . On a bien le droit d'être triste et abattu , de temps en temps , par ce qu'on nous fait subir ; c'est humain et compréhensible . Et pourtant , la vraie spoliation c'est nous-même qui nous l'infligeons.

Je trouve la vie belle et je me sens libre . En moi les cieux se déploient aussi vastes que le firmament . Je crois en Dieu et je crois en l'homme , j'ose le dire sans fausse honte.( voir suite)


Etty Hillesum

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 10:56





Pour humilier , il faut être deux. Celui qui humilie et celui qu'on veut humilier, mais surtout : celui qui veut bien se laisser humilier . Si ce dernier fait défaut , en d'autres terme si la partie passive est immunisée contre toute forme d'humiliation , les humiliations infligées s'évanouissent en fumée.

Ce qui reste , ce sont des mesures vexatoires qui bouleversent la vie quotidienne , mais non cette humiliation ou cette oppression qui accable l'âme.

Il faut éduquer les juifs dans ce sens . Ce matin en longeant à bicyclette le Stadionkade , je m'enchantais du vaste horizon que l'on découvre aux lisières de la ville et je respirais l'air frais qu'on ne nous a pas encore rationné .

Partout , des pancartes interdisaient aux juifs les petits chemins menant dans la nature . Mais au-dessus de ce bout de route qui nous reste ouvert , le ciel s'étale tout entier. (voir suite)


Etty Hillesum
Une vie bouleversée

Partager cet article
Repost0