Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 22:09

 

 


Dieu m'a mis un parfum en tête

 

Je peux le  respirer

 

Je ne peux le  partager

 

ô douleur !

 

Je ne peux l'oublier

 

  Ce parfum de violette

 


 

SNV30033

 

 

Rabbim gönlüme bir koku koydu


  Duyumsayabildiğim

  Ama anlatamadığım

   Heyhat!

  Unutamadığım o

 Menekşe kokusu

 

 

Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 16:50

 

 

10635725_601941483267142_1730070629375673839_n.jpg..

 

 

Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 01:15

 

 

 

A ma soeur Cécile

 

Cache-les dans ton coeur, toi dont le coeur pardonne,

Ces bouquets imprudents qui fleurissaient en moi ;

C'est toute une âme en fleur qui s'exhale vers toi ;

Aux autres, je l'entr'ouvre : à toi, je te la donne.

 

 

Marceline DESBORDES-VALMORE  

(1786-1859)

Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 21:19

 

 

3006653-gel-gor-beni-ask-neyledi

 

Souffle de vie

Seigneur fais sonner le vent

A mes oreilles

Afin que je me souvienne

De ton souffle

Et que telles les frêles fleurs des champs

 Je m'incline devant Ta volonté

 

Carolyn Carlson

 

 


Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 16:20

 

 

SG100082b.jpg

 

Impose ta chance

Serre ton bonheur

Et vas vers ton risque

A te regarder

Ils s'habitueront.

 

 

Peinture: feu dans l'eau


Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 23:11

 

      moonlit-gardens-sylvie

Peinture de Sylvie Dattas

 

La nuit éblouirait

Personne n'est vraiment aimé de son vivant :
il faut que nous mourrions pour être aimés vraiment.
La nuit éblouirait autant que le soleil
si nous aimions autant les vivants que les morts.
La mort venait de faire une entrée remarquée :
le malheur est aussi éblouissant qu'un dieu
quand le coeur ne fait pas son travail à moitié.
La mort n'est jamais loin de ceux que nous aimons .
Il n'y a que la mort qui nous aime vraiment
el les fleurs qui jamais n'ont fait souffrir quelqu'un.

Lydie Dattas

 

Ecouter Lydie Dattas parler de "La Foudre" , son dernier livre.

 

.
Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 19:23

 

 

Hayatım ne güzel
Ne kadar ölümler yaşıyorum
Her zaman Yârim bana bir şey söyliyor
Sen uyuma uyuma diyor
Güzelliğini görmek için
Nasıl uyurum
Hayatım

 

 

 

Ma Vie est si belle

Je meurs tant de fois

Le Bien-Aimé ne se lasse pas de me parler

Il me dit : Ne t'endors pas

Mais comment dormirais-je,

Ma Vie,

Si je veux contempler Ta Beauté

Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 12:37

 

 

 

Noyer_centenaire_en_automne.JPG

 

CEVİZ AĞACI


Başım köpük köpük bulut, içim dışım deniz,
ben bir ceviz ağacıyım Gülhane Parkı'nda,
budak budak, şerham şerham ihtiyar bir ceviz.
Ne sen bunun farkındasın, ne polis farkında.

Ben bir ceviz ağacıyım Gülhane Parkı'nda.
Yapraklarım suda balık gibi kıvıl kıvıl.
Yapraklarım ipek mendil gibi tiril tiril,
koparıver, gözlerinin, gülüm, yaşını sil.
Yapraklarım ellerimdir, tam yüz bin elim var.
Yüz bin elle dokunurum sana, İstanbul'a.
Yapraklarım gözlerimdir, şaşarak bakarım.
Yüz bin gözle seyrederim seni, İstanbul'u.
Yüz bin yürek gibi çarpar, çarpar yapraklarım.

Ben bir ceviz ağacıyım Gülhane Parkı'nda.
Ne sen bunun farkındasın, ne polis farkında.
 


 

 

Nâzim Hikmet

 

 

 

Je suis tout imprégné de mer et sur ma tête écument les nuées

 
Dans le jardin de Gulhané, voilà que je suis un noyer
Un vieux noyer tout émondé, le corps couvert de cicatrices
Nul ne le sait, ni toi, ni même la police.

Dans le jardin de Gulhané, voilà que je suis un noyer
Et tout mon feuillage frémit comme au fond de l'eau le poisson
Et comme des mouchoirs de soie, mes feuilles froissent leurs frissons
Arrache-les, ô mon amour, pour essuyer tes pleurs.
Or mes feuilles, ce sont mes mains, j'ai justement cent mille mains
De cent mille mains je te touche et je touche Istanbul
Mes feuilles ce sont mes yeux, et je regarde émerveillé
De cent mille yeux je te contemple et je contemple Istanbul
Et mes feuilles battent et battent comme cent mille coeurs

Dans le jardin de Gulhané, voilà que je suis un noyer
Nul ne le sait, ni toi, ni même la polic
 


 


Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 21:11

 

 

 

 

Bakacak arkamdan mutfak penceremiz.
Balkonumuz geçirecek beni çamaşırlarıyla
Ben bu avluda bahtiyar yaşadım bilemediğiniz kadar,
Avludaşlarım, uzun ömürler dilerim hepinize…

 

Nazim Hikmet, Moskov, Nisan 1963

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 22:35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yasamak bir agaç gibi, tek ve hür,
Ve bir orman gibi kardesesine,
Bu hasret bizim!

Vivre comme un arbre, seul et libre,
Vivre en frères comme les arbres d'une forêt,
Ce rêve est le nôtre!

Repost 0
Published by sevim - dans Poésie
commenter cet article

Profil

  • sevim
  • Mes origines orientales ne permettent pas de me définir , mais elles orientent (!) mes goûts et mes aspirations ...  
 sevimguvenek@hotmail.com
  • Mes origines orientales ne permettent pas de me définir , mais elles orientent (!) mes goûts et mes aspirations ... sevimguvenek@hotmail.com

Ce que je suis


 Une mosaïque de ressentis , de vécus , de pensées ,
Une soif d'être et de connaître,
un chemin pas à pas .